La province de Namur, au coeur de votre quotidien
Collections en ligne
Expo focus : Félicien Rops en portraits
Le Cercle des Femmes peintres (1888-1893) & Kikie Crêvecoeur

L’Album du Diable. Les tentations de Félicien Rops

du 19/10/24 au 09/03/25

Depuis 1998, année du centenaire de la mort de Rops, le musée n’avait plus consacré une exposition temporaire à « son » artiste. Et pourtant, les connaissances autour de son œuvre ne cessent d’évoluer et chaque année, l’équipe scientifique découvre de nouveaux champs de recherches. C’est pour cette raison qu’un rétrospective autour de son projet (non réalisé), L’Album du Diable, a vu le jour… Une belle manière de concrétiser une publication qu’il avait projetée de réaliser à plusieurs reprises dans sa correspondance.

A partir de La Tentation de Saint Antoine (1878) appartenant à la Bibliothèque royale de Belgique et d’un dessin inédit prêté par le musée Marmottan Monet (Paris), l’exposition détaillera différents thèmes ropsiens : la présence du Diable, l’animalité, le livre comme objet de perversion, la croix sujette à bien de « détournements », etc. L’exposition sera l’occasion de retracer les lignes de force et d’inspiration de Rops et permettra au public de (re)découvrir des œuvres issues de collections privées, de musées belges et étrangers, mais aussi des dessins et gravures habituellement conservées dans les réserves du musée.

Co-commissariat : Philippe Comar & Mony Vibescu

Félicien Rops & Joséphin Péladan : les vices suprêmes

Expo-focus du 19.10.24 au 09.03.25

Certains artistes, autrefois célèbres, tombent dans l'oubli, tandis que d'autres connaissent une renaissance posthume. C'est le cas de Joséphin Péladan et de Félicien Rops, deux artistes aux trajectoires fascinantes. Rops, né en 1833, a rapidement gagné une renommée internationale pour ses dessins et gravures. Péladan, né en 1858, est d'abord célèbre comme écrivain provocateur avant de tomber dans l'oubli, bien que sa reconnaissance semble renaître aujourd'hui.

Rops : un Maître universel

Rops, artiste belge, commence sa carrière avec une renommée limitée mais croissante, devenant finalement un nom universellement respecté. Il se distingue par oeuvres marquées par une modernité saisissante.

Péladan : un Visionnaire flamboyant

Péladan, influencé par son père et son frère, s'immerge dans l'art et l'ésotérisme dès son jeune âge. Après un séjour en Italie, il s'installe à Paris en 1881, où il commence à écrire et se fait connaître par ses critiques et ses œuvres littéraires. Son style flamboyant et sa personnalité excentrique le distinguent, mais c'est surtout son dévouement à l'art et à l'occultisme qui marquent sa carrière.

Une rencontre inoubliable

En 1883, Joséphin Péladan écrit à Rops : « J’ai vu de vous des eaux-fortes magistrales et d’une perversité si intense que moi qui prépare le Traité de la Perversité, je me suis épris de votre extraordinaire talent ». Impressionné par le travail de Rops, Péladan publie plusieurs articles élogieux à son sujet en 1883 et 1885.

A travers cette expo-focus, découvrez les collaborations entre les deux hommes et leurs relations parfois orageuses... 

En collaboration avec l'Atelier symboliste, Bruxelles.

A l'occasion de cette expo-focus, une brochure est publiée. Auteur: Daniel Gueguen (Atelier symboliste), Rops & Péladan, les vices suprêmes, 40p, 20 illus. Prix: 7€

Partagez :
Facebook
Twitter