La province de Namur, au coeur de votre quotidien
Apé'Rops : saison 12 (2021-2022)
Dans les yeux de Van Gogh. L'empreinte des artistes belges sur Vincent van Gogh
23/10/21 - 20/03/22 Lire la suite ...
Hommage à Guy Cuvelier (1937-1991)
Conservateur du musée Rops de 1984 à 1991 Lire la suite ...
Vous souhaitez soutenir le musée Rops ?
Dans les yeux de Van Gogh. L'empreinte des artistes belges sur Vincent van Gogh

Du 23 octobre 2021 au 20 mars 2022 

Visite virtuelle

« En Belgique, Félicien Rops et Degroux, ont dessiné à leur époque, entre autres, de beaux types dans une publication qui s’appelait Uylenspiegel. Je l’ai eue dans le temps et je désirerais ardemment l’avoir de nouveau, mais hélas je ne parviens pas à la retrouver », écrivait Vincent van Gogh en 1882, celui qui n’a pas encore embrassé la carrière d’artiste se trouve à Londres, où il travaille pour le marchand d’art Goupil et Cie et possède des caricatures de Rops. Il en copiera une, 25 ans après sa publication. En attendant la confession (1856), preuve que l’artiste belge l’aura marqué durablement. Les caricatures et lithographies d’Uylenspiegel, journal fondé par Rops, sont le point de départ de cette exposition où des reproductions de dessins de Van Gogh côtoient les oeuvres des artistes qu’il a vu.es et apprécié.es lors de ses séjours en Belgique entre 1878 et 1881 et durant les hivers 1885 et 1886.

Van Gogh s’émerveille du talent des artistes inspirés par le réalisme qui répondent à ses préoccupations sociales voire spirituelles et lui ouvrent la voie vers un monde artistique bien personnel. Que ce soit dans le Borinage, à Bruxelles ou à Anvers ; que ce soit dans les musées, dans les ateliers ou par l’intermédiaire de la galerie d’art où travaille son frère Theo, Vincent van Gogh va découvrir des artistes belges qui auront un impact sur son regard de peintre. Cette influence s’exerce également grâce aux gravures et aux images imprimées que son frère lui envoie ou qu’il glane dans des revues, nourrissant son désir de devenir artiste.

Parallèlement à ces découvertes qu’il détaille dans sa correspondance, il expose en Belgique vers la fin de sa vie, grâce au cercle artistique d’avant-garde Les XX jusqu’à faire scandale : Henry de Groux, le plus jeune des membres, s’insurge contre son iconographie au point d’être exclu du groupe. Contrairement à ce rejet, Anna Boch, « peintresse » et collectionneuse wallonne, lui achète, l’une des seules oeuvres qu’il ait vendue de son vivant…

Vu l’intérêt pour les musées monographiques d’exploiter les correspondances d’artistes (ropslettres.be), cette exposition se base sur l’édition en ligne des lettres de Van Gogh (vangoghletters.org) et livre les avis particulièrement diversifiés de l’artiste hollandais sur ses contemporains belges qu’il apprécie ou déprécie. Faisant peu de cas des hiérarchies traditionnelles de l’histoire de l’art, Van Gogh nous invite à poser un autre regard sur le patrimoine artistique belge du 19e siècle… 

Artistes exposé.es :  

Théodore Baron, Anna Boch, Eugène Boch, Karin Borghouts, Ferdinand De Braekeleer, Henri De Braekeleer, Tadao Cern, César de Cock, Marie Collart, Auguste Danse, Ronny Delrue, Joseph Coosemans, Charles Degroux, Henry de Groux, Émile Hoeterickx, Jacob Jordaens, Jef Lambeaux, François Lamorinière, Xavier Mellery, Constantin Meunier, Charles Mertens, Félicien Rops, Paul Van Ryssel, Vincent Van Gogh, Frans Vinck, Tony Voncken, Émile Wauters. 

Commissariat d’exposition : Bart Moens, historien de l'art, chercheur doctorant à l’ULB / Catalogue : V. Carpiaux, N. Goldman, B. Moens, L. Prins, F. Roos Rosa de Carvalho, éditions Silvana éditoriale (Milan), 151p., 22 euros 

 

VINCENT WAS HERE

PHOTOGRAPHIES DE KARIN BORGHOUTS

Du 17 décembre 2021 au 6 mars 2022

A la Citadelle de Namur

Depuis plusieurs années, Karin Borghouts traque les paysages que Vincent van Gogh a peints. Avec son appareil photo, elle saisit l’évolution des territoires de Vincent qui ont été bouleversé (ou pas) par la présence humaine. Nature, urbanisation et transformation sont au cœur de ce travail photographique et donne à réfléchir sur le devenir de notre société.

Elle a également reconstitué plus de trente de ses natures mortes qu’elle a photographiées et dont une est exposée au musée Rops. Vincent was here est une recherche visuelle qui explore la frontière entre la photographie et la peinture. 

Vincent was here est un concept évolutif qui s’enrichit d’années en années de nouveaux clichés. Déjà présentée dans différents musées et galeries, cette exposition prend place à Terra Nova (la plus grande à ce jour), au cœur de la Citadelle de Namur. vincentwashere.com 

Ouvert les mercredis et vendredis de 13h à 17h ainsi que les week-ends de 10h à 17h. Ouvert durant les congés de noël (du 27/12 au 9/01) et de carnaval (du 28/02 au 06/03) de 10h à 17h. Fermé les 24, 25 et 31/12 ainsi que le 01/01.

 

Partagez :
Facebook
Twitter
Tarif
Coût : 5€ / 2,50€ (réduction) / 1,50€ (groupe scolaire)
Gratuit : Moins de 12 ans, art. 27, 1er dimanche du mois
Ticket combiné : avec Vincent was here (Citadelle de Namur) 10€ / 5€ (réduction) 3€ (groupe scolaire)
Réduction téléphérique : à l’achat d’un ticket aller-retour (valide uniquement entre 10H00 et 17H00) et sur présentation du billet combiné (Musée Rops + Citadelle) : Adultes : 5,5 € / Seniors : 5€ / - de 4 ans : gratuit
Horaire
Du mardi au dimanche :10h-18h
Fermé :les 24, 25 et 31/12 ainsi que le 01/01
Partenaires